Eric Feray est maître cireur mais préfère à ce terme celui de “magicien de la chaussure” car il “transforme une matière brute en quelque chose de beau”. Spécialiste de la patine, ce professionnel exerce son savoir-faire de manière instinctive et avec simplicité en se laissant guider naturellement par les mouvements de sa main.

Pouvez-vous nous résumer en quoi consiste votre métier ?

Je suis maître cireur et je pratique l’art de la patine, ce qui consiste tout simplement à apporter à une paire de chaussures sa couleur, son aspect, son éclat, tout cela en fonction de la demande du client. Elle se pratique aussi bien sur des chaussures usagées que sur des chaussures neuves.

Comment apportez-vous votre touche personnelle aux chaussures ?

Chaque artiste trouve son plaisir dans l’utilisation d’outils différents. Ce sont ces outils qui vont permettre d’apporter de la personnalité et de l’authenticité aux chaussures.
Cela étant, chaque artisan garde son savoir-faire et ses petits secrets qui lui permettent d’améliorer son cirage ou sa teinture.

Quelle est la technique utilisée ?

Je dirais qu’il y a autant de techniques qu’il existe de professionnels…

Je pars d’une paire de chaussures dont le tannage est incolore ; l’avantage est que je peux y apporter directement les encres, sans passer par l’étape du décapage. Patiner, c’est peindre sur la chaussure. Je travaille donc à l’aide de pinceaux que je choisis en fonction du résultat recherché.

Eric Feray, maître cireur
Atelier de Eric Feray

Quelles sont les connaissances que doit posséder un spécialiste de la patine ?

Il faut savoir mélanger les couleurs et les cirages pour répondre à la commande d’un client. Le geste doit être assuré car chaque coup de pinceau permet d’atteindre l’esthétisme final.

A force d’expérience, chaque professionnel développe ses propres “recettes” et chacun possède ses petits secrets de fabrication.

Le soulier vous attire depuis l’adolescence…

Oui, depuis tout jeune j’ai une affection pour la chaussure et pour la patine en particulier. Je pratiquais ce savoir-faire en amateur et je le faisais pour faire plaisir aux copains.

Pour moi, une belle paire de chaussures incarne l’élégance. Portez de beaux souliers est une façon de se présenter au monde et peut vous ouvrir des portes…

Diriez-vous que vous exercez un métier de passion ?

C’est un métier de passion car je l’exerce spontanément depuis toujours. Avoir la liberté de s’exprimer pour faire quelque chose de magnifique permet de faire en sorte qu’il reste une passion..

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Je puise mon inspiration dans toutes les couleurs de la nature. J’aime le fait de ne pas copier à l’identique, mais de s’en approcher.

Qu’aimez-vous le plus dans votre métier ?

Le plus grand plaisir pour nous est le sourire du client quand il reçoit ses souliers et qu’il nous remercie.

Dans le savoir-faire de la patine, que signifie l’art de faire simple ?

L’art de faire simple dans mon métier consiste à se laisser guider par son inspiration et travailler avec fluidité, sans faire appel à la réflexion mais en faisant confiance aux mouvements de la main. A ce stade, la main prend la relève du cerveau, c’est elle qui sait…

Qu’est-ce qui est compliqué selon vous dans l’art de faire simple ?

Pour moi, il n’y a rien de compliqué. S’il y a complication il y a forcément une solution qui existe. Il suffit de la trouver et de tout mettre en oeuvre pour la surmonter.

Quand on a acquis de la dextérité, le travail devient simple à exécuter. Comme dans tout art, c’est quand nos gestes s’accomplissent avec fluidité que tout se déroule comme par magie…

Eric Feray
http://www.stanislasbottiercordonnier.com/
www.instagram.com/stanislas_bottier

Vous aimerez aussi : Marie-Pierre Bouaziz, vitrailliste