Du Seigneur des Anneaux aux couteaux d’art, il n’y a qu’un pas que Charles Ballerait, passionné d’heroic fantasy et de culture pop d’où il puise son inspiration, a franchi en 2017 en passant du monde de l’audiovisuel à celui de l’artisanat. C’est dans son atelier parisien situé à la cour de l’Industrie, l’une des dernières cours industrielles du XIXe siècle, que nous l’avons rencontré. Vous êtes l’unique coutelier fabricant de Paris. Comment en êtes-vous arrivé